La société de Richard Branson vient de licencier 111 personnes. Selon le Financial Times, Virgin Hyperloop revoit ses priorités et décide d'abandonner le transport de passagers au profit du transport de marchandises.

Virgin Hyperloop se concentre sur le transport de fret

Il y a à peine un an, Virgin Hyperloop prévoyait encore de développer des capsules magnétiques capables de transporter des passagers à la vitesse d'un avion à réaction. Finalement, ce projet ne verra très certainement pas le jour. L'entreprise de Richard Branson a annoncé qu'elle abandonnait cette stratégie, au profit d'un autre marché, certainement plus juteux et plus simple d'un point de vue réglementaire. Au passage, 111 salariés de l'entreprise ont été remerciés. La moitié des effectifs.

Un porte-parole de l'entreprise a confirmé au Financial Times que le changement d'activité était en train d'être opéré. Il précise que les problèmes de chaîne d'approvisionnement et la pandémie de Covid-19 ont largement contribué à ce pivot. Les analystes pensent aussi que le marché du transport de passagers, avec des technologies nouvelles comme celles promises par Branson, était peut-être trop complexe sur le volet réglementaire. Nous n'aurons donc probablement jamais l'occasion de voyager dans les capsules de Virgin Hyperloop.

La société veut rapprocher les plateformes logistique des clients

Pourtant, Richard Branson avait de grandes ambitions pour l'Hyperloop. Il prévoyait carrément à terme d'éliminer l'avion comme moyen de transport de moyenne distance. Les technologies développées par l'entreprise correspondent à un train à lévitation magnétique qui circule à l'intérieur d'un tube dans un environnement presque vide, éliminant ainsi la quasi-totalité des frottements et de la résistance de l'air. Ce procédé permet de voyager confortablement à des vitesses pouvant atteindre 1 200 km/h. Les technologies ne seront pas abandonnées, simplement adaptées à un nouveau marché.

Virgin Hyperloop va donc mettre le paquet sur le transport du fret, pour répondre à une véritable problématique mondiale. L'un des premiers concepts imaginé par la société de Richard Branson était justement un « port intérieur », dans lequel les navires plaçaient des conteneurs sur des capsules qui seraient projetées à l'intérieur des terres avant d'être traitées par d'autres transporteurs. L'idée est de repenser les chaînes d'approvisionnement et de rapprocher les plateformes de logistique au plus près des clients. Le contexte actuel a sans aucun doute poussé l'entreprise américaine à revoir ses plans.