Ce mercredi 23 février 2022, Meta a organisé un événement virtuel baptisé Inside the Lab. Pendant près de deux heures, la firme a dévoilé ses nouvelles avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle, qu’elle considère comme « l’une des clés du métavers ».

Le développement du métavers passe par l’IA

« Le genre d'expériences que vous vivrez dans le métavers dépasse tout ce qui est possible aujourd'hui. Il s'agit d'une version immersive d'internet : au lieu de regarder quelque chose sur un écran, vous avez l'impression d'être à l'intérieur ou d'être présent avec une autre personne. Cela va nécessiter des avancées dans toute une série de domaines, des appareils informatiques aux logiciels permettant de construire et d'explorer des mondes », a ainsi déclaré Mark Zuckerberg.

Selon le PDG de Meta, l’intelligence artificielle est une composante essentielle au développement du métavers, sur lequel l’entreprise mise tout son avenir. Sa division spécialisée en IA travaille donc actuellement sur de nouvelles technologies qui permettront de construire le métavers. « Aujourd'hui, une grande partie de la recherche en IA est axée sur la compréhension du monde physique. Mais dans le métavers, nous aurons besoin d'une IA conçue pour aider les gens à naviguer dans les mondes virtuels ainsi que dans notre monde physique avec la réalité augmentée. Et comme ces mondes seront dynamiques et en constante évolution, l'IA devra être capable de comprendre le contexte et d'apprendre comme les humains le font », a continué Zuckerberg.

La firme a ainsi profité d’Inside the Lab pour présenter quelques-unes de ses avancées en la matière.

Briser la barrière du langage

Tout d’abord, il semblerait que Meta souhaite littéralement briser la barrière du langage dans le métavers afin que tout le monde puisse communiquer instantanément avec tout-un-chacun. Pour y parvenir, elle a donc présenté une initiative qui comprend deux projets bien distincts.

Le premier, No Language Left Behind, « consiste à développer un nouveau modèle d’IA avancé qui pourra apprendre des langues sans avoir besoin d’autant d’exemples d’entraînement que les modèles actuels », explique Meta. Le second, Universal Speech Translator, « vise à concevoir de nouvelles approches pour traduire le langage parlé d’une langue à une autre en temps réel, afin de prendre en charge les langues qui n’ont pas de système d’écriture standardisé ainsi que celles qui sont à la fois écrites et parlées ».

Meta assure qu’elle doit encore relever des défis pour parvenir à de tels résultats, particulièrement par rapport au manque de données nécessaires à l'entraînement des modèles. « L’efficacité de ces technologies et d’autres augmentera lorsqu’elles pourront fonctionner de la même manière, et ce pour des milliards de personnes dans le monde, en leur donnant un accès égal à l’information et en leur permettant de communiquer avec une audience beaucoup plus large, quelles que soient les langues qu’elles parlent ou écrivent », déclare l’entreprise.

Un assistant vocal révolutionnaire dans le métavers

La firme de Mark Zuckerberg a également annoncé le développement du projet CAIRaoke, qui vise à révolutionner la manière dont l’humain communique avec ses appareils. Elle a ainsi créé un modèle neuronal d'IA basé sur l’apprentissage automatique, c'est-à-dire un modèle statistique basé sur les réseaux biologiques du cerveau humain. Ce dernier utilise l'« apprentissage autosupervisé », ce qui signifie qu'au lieu d'être formée sur de grands ensembles de données comme le sont de nombreux autres modèles, cette IA peut essentiellement apprendre par elle-même.

Elle souhaite incorporer cette technologie dans un assistant vocal qui pourrait accompagner les utilisateurs au sein du métavers, et serait donc dédié à la réalité augmentée et à la réalité virtuelle. Mark Zuckerberg a d’ailleurs fait une démonstration des étonnantes capacités du modèle grâce à une IA baptisée Builder Bot, qui permet de générer ou d’importer des éléments dans un monde virtuel par simple commande vocale.

« Sur des appareils tels que les casques de réalité virtuelle et les lunettes de réalité augmentée, nous nous attendons à ce que ce type de communication devienne la principale méthode de navigation et d’interaction, tout comme les écrans tactiles ont remplacé les claviers sur les smartphones », déclare Meta.

Zuckerberg promet la transparence

La période que Meta traverse est complexe. Après son changement de nom fin 2021, la firme a démontré qu’elle souhaitait mettre derrière elle les scandales du passé pour se concentrer sur son futur et sur le développement du métavers. Dans ce contexte, Mark Zuckerberg a voulu se montrer rassurant en promettant une transparence totale sur les avancées de son entreprise.

« Nous nous engageons à construire de manière ouverte et responsable. En progressant dans cette voie, nous avons la possibilité de créer des environnements en ligne meilleurs et plus sûrs pour nous tous. Cela signifie créer des technologies d'IA qui offrent les plus hauts niveaux de confidentialité et aident à prévenir les problèmes […] Cela signifie s'engager avec des experts en matière de droits de l'homme, de droits civiques, de droits des personnes handicapées et de protection de la vie privée et construire des systèmes fondés sur l'équité, le respect et la dignité humaine. Cela signifie travailler de manière ouverte, et partager les progrès. Et cela signifie construire le métavers pour tout le monde, afin que les gens du monde entier aient accès aux outils et aux technologies pour réaliser leur propre vision pour l'avenir », a déclaré le PDG.

Les différentes avancées de Meta en matière d’IA démontrent que la firme travaille ardemment au déploiement du métavers. S’il lui reste encore beaucoup de travail et de défis techniques, ces différentes annonces nous permettent d’avoir un aperçu de ce à quoi ressemblera la future itération d’Internet.